OUTRE MER : Libérons l'énergie
M
ercredi 12 juillet 2006 - Espace Gaveau - Paris

Par sa diversité géographique, qui entremêle les cultures et bouscule les fuseaux horaires, l’Outre-mer constitue une originalité et une richesse qui offrent à la France une ouverture quasiment unique sur l’espace mondial. De Saint-Pierre et Miquelon à la Polynésie française, de la Nouvelle Calédonie à la Martinique, de la Guyane à la Réunion, de la Guadeloupe à Mayotte, de Saint-Martin et Saint-Barthélemy aux territoires antarctiques en passant par Wallis-et-Futuna, l’Outre-mer français rassemble plus de deux millions d’habitants sur douze territoires différents, répartis sur trois continents.

Malgré les distances, malgré la profonde singularité de chaque territoire ultramarin, l’Outre-mer ne cesse d’affirmer son attachement aux racines profondes et à l’histoire commune qui le lient au territoire métropolitain où vivent plusieurs centaines de milliers de ses natifs.

Pour autant, la situation est  loin d’être idyllique. Le chômage est plus de deux fois supérieur en Outre-mer à celui de la métropole. Le PIB par habitant est nettement inférieur à celui du reste du territoire national. Les conflits sociaux sont encore nombreux. Des discriminations perdurent. L’insalubrité de nombre de logements ultramarins est importante. Certains territoires sont menacés de déstabilisation par une immigration clandestine massive. Ces situations ont pu être à l’origine d’un certain « désenchantement » par rapport aux espérances suscitées par le plein rattachement à la France, qui s’est parfois traduit par l’éclosion de tentations autonomistes, voire indépendantistes.

Comment mieux lutter contre les incompréhensions nées de l’éloignement entre la métropole et ses Outre-mers ? Comment faire comprendre que la réalité de l’Outre-mer français est bien différente des paysages de carte postale que se figure souvent l’opinion publique métropolitaine ? Comment mettre en valeur les identités locales sans succomber au communautarisme ? Comment accompagner au mieux ces territoires pour leur permettre pleinement de déployer leurs atouts face à la mondialisation ? Comment mettre en valeur, de manière durable, les richesses économiques dont l’Outre-mer regorge ? Quelles politiques conduire pour assurer aux Ultramarins les mêmes conditions de vie que celles des citoyens métropolitains ? Comment créer un véritable développement économique en Outre-mer, reposant d’abord sur le dynamisme des acteurs locaux et non sur une politique de quasi-assistanat dispensé par l’Etat ? Quelles mesures adopter pour rendre réelle l’égalité des chances sur tout le territoire national ?

Convention organisée par Michel Diefenbacher, secrétaire national de l’UMP en charge de l’Outre-Mer,  député du Lot-et-Garonne et Marie-Dominique Aeschlimann, secrétaire nationale de l’UMP en charge de la Présence Outre-mer en Métropole, conseillère régionale d’Ile de France

En présence de François Baroin, Ministre de l’Outre-mer Espace Gaveau

Mercredi 12 juillet 2006
de 9h00 à 18h00
45, rue La Boétie
Paris 8ème

 

Programme détaillé
(sous réserve de modifications)
Le carton d'invitation

9h :Ouverture des travaux 

Michel Diefenbacher, secrétaire national de l’UMP en charge de l’Outre-mer,  député du Lot-et-Garonne
Marie-Dominique Aeschlimann, secrétaire nationale de l’UMP en charge de la Présence Outre-mer en métropole, conseillère régionale d’Ile-de-France.

9h15 Conforter les identités de l’Outre-mer dans la  République

L’histoire et les spécificités géographiques et culturelles des départements et collectivités territoriales d’Outre-mer ont forgé des identités particulières. Comment caractériser ces identités ? Comment assumer honnêtement, mais sereinement notre passé commun ? Quelles sont les spécificités environnementales en Outre-mer et en quoi influent-elles sur les identités ultramarines ? Comment reconnaître les identités ultramarines sans mettre à mal les fondements de la République ? S’il est nécessaire de donner des statuts institutionnels particuliers à l’Outre-mer, la situation peut-elle être considérée aujourd’hui comme satisfaisante ? En somme, comment permettre à la République d’être à la fois diverse et unie tant du point de vue institutionnel que culturel ? De plus, comment prendre en compte la spécificité de la situation de nos nombreux compatriotes d’Outre-mer qui vivent sur le territoire métropolitain ?

Intervention de Léon Bertrand, Ministre délégué au Tourisme

Présidente de séance : Marie-Dominique Aeschlimann, secrétaire nationale de l’UMP en charge de la Présence Outre-mer en métropole, conseillère régionale d’Ile de France

Intervenants :

  • Alfred Almont, député de la Martinique
  • Bernard Grossat, professeur de démographie à l’institut de démographie de l’université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)
  • Patrick Karam, président du Collectif DOM
  • Lucette Michaux-Chevry, sénateur de la Guadeloupe, ancien ministre
  • Jean-Marc Michel, directeur de la direction de la nature et des paysages, ministère de l’Ecologie et du développement durable
  • Laurent Tesoka, secrétaire général de l'Institut du droit de l'Outre-mer et maître de conférences à l'université d'Aix-en-Provence
  • René-Paul Victoria, député-maire de Saint-Denis de la Réunion

 

11h Assurer la sécurité et lutter contre l’immigration clandestine en Outre-mer

On imagine souvent que les problèmes de sécurité touchant les territoires ultramarins se limitent à des questions de sécurité civile liées à des risques naturels. Or, il n’en est rien. L’Outre-mer est également touché par de sérieux phénomènes d’insécurité criminelle. Quelle est la réalité de l’insécurité quotidienne en Outre-mer ? Quel impact cela peut-il avoir sur le développement de ces territoires ? En quoi les départements et collectivités territoriales ultramarins sont-ils spécifiquement touchés par des trafics transfrontaliers? Comment faire en sorte que l’immigration clandestine, très importante dans certaines collectivités d’Outre-mer, ne vienne pas déstabiliser des territoires dont les équilibres sont déjà fragiles?

Président de séance : Michel Diefenbacher, secrétaire national de l’UMP en charge de l’Outre-mer,  député du Lot-et-Garonne

Intervenants :

  • Gabrielle Louis-Carabin, députée de la Guadeloupe
  • Bernard Petit, commissaire divisionnaire, chef de l'Office central de répression du trafic international de stupéfiants (OCRTIS)
  • Didier Quentin, député de Charente-Maritime
  • Juliana Rimane, députée de la Guyane
  • Aldo Rutanni, colonel, commandant de la gendarmerie de Martinique
  • Philippe Vitel, député du Var

 

12h30 Intervention de François Baroin, Ministre de l’Outre-mer, conseiller politique du président de l’UMP 

12h45  Déjeuner libre  

14h Créer un véritable développement local et un emploi durable en Outre-mer

Aujourd’hui, l’écart de développement entre la métropole et l’Outre-mer persiste.  Pourtant, depuis plusieurs années, des efforts importants ont été entrepris par l’Etat ainsi que par l’Union européenne, qui a mis en place une politique spécifique en direction des régions ultra-périphériques. Comment faire en sorte que le dynamisme économique, qui existe localement, s’amplifie et se consolide dans la durée ? Comment mieux valoriser les ressources de l’Outre-mer (tourisme, agriculture, richesses minières…) ? Quelles solutions l’Etat peut-il mettre en œuvre pour favoriser l’initiative privée ? Le soutien de l’Etat à l’économie locale  (incitations fiscales, salaires de la fonction publique) peut-il suffire dans la durée ? Comment, au fond, encourager et développer l’initiative locale pour créer de la richesse ?

Président de séance : Pierre Frogier, député de Nouvelle-Calédonie

Intervenants :

  • Gérard Bally, président d’Eurodom 
  • Guy Dupont, président de la Fédération des entreprises d’Outre-mer (Fedom)
  • Eric de Lucy, président de l’Union des groupements de producteur de bananes
  • Christian Mantei, directeur d’Odit France
  • Yan Monplaisir, dirigeant d’entreprise, groupe Monplaisir
  • Marc-Etienne Pinauldt, ancien secrétaire général pour les affaires régionales de la Martinique
  • Eric Raoult, député de Seine-Saint-Denis

 

15 h 30 Développer une solidarité au service de tous pour sortir de l’assistanat et permettre l’égalité des chances

Les collectivités d’Outre-mer sont plus durement touchées par le chômage et la pauvreté que le territoire métropolitain. Les actions menées pour lutter contre ces maux ont souvent été assimilées à de l’assistanat en l’absence d’une politique de long terme réellement efficace.  Comment lutter contre le chômage et la pauvreté qui, pas plus en Outre-mer qu’en métropole, ne sont une fatalité ? Quels sont les moyens à mettre en place pour assurer une solidarité efficace qui ne soit pas déresponsabilisante et désincitative? Comment faire en sorte qu’une plus grande égalité existe entre l’Outre-mer et le territoire hexagonal ? Quelles actions mener en termes d’éducation et de formation ? Quels sont les besoins spécifiques en matière de logement et de santé ? Comment faire en sorte qu’une continuité aérienne réelle existe avec la métropole ?

Présidente de séance : Nassimah Dindar, déléguée générale de l’UMP à la Diversité, présidente du conseil général de la Réunion

Intervenants :

  • Bertho Audifax, député-maire de Saint-Benoît-de-la-Réunion
  • Philippe Damie, directeur de la direction de la santé et du développement social de la Martinique
  • Mansour Kamardine, député de Mayotte
  • Marcel Osenat, membre du conseil économique et social,
  • Louise Peltzer, présidente de l’université de Polynésie française 
  • Guy Tardieu, directeur de cabinet du président d’Air France-KLM

 

17h Conclusion de Nicolas Sarkozy, Président de l’UMP, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire.


  • Retrouvez les vidéos de la convention Outre-mer

  • Nicolas Sarkozy, président de l'UMP

  • Léon Bertrand, ministre du Tourisme

MOTION DE SYNTHESE

Union pour un Mouvement Populaire : Adresse : 55, rue La Boétie 75384 Paris Cedex 08 - tel. : 01.40.76.60.00
Contact :

http://www.u-m-p.org Contactez-nous